A la Ceiba, nous partageons les frais de taxi, décidons de nous rendre au même hôtel, et dînons ensemble pour faire amples connaissances. Les veinards sont partis pour un tour du monde en une année sabbatique...

Nous sommes contents de manger enfin un vrai repas après 24h de chips et tamarins. Malheureusement, en retrouvant notre "forme", nous retrouvons tous nos maux d'avant le voyage : courbatures, genoux, jambes, fesses, etc... Pour titine, c'est un rhume qui se cogite méchamment en plus, à cause de la clim du bus. La nuit dans un lit va faire du bien, même si la chambre sera, comme nos habituelles chambres, sombre et baignée d'une lourde odeur d'humidité et de moisi. Ceci dit, on ne sentira même pas les énormes blattes  voler autour de nous.

Les îles au large de La Ceiba.

Il y en a deux, comparées ainsi : l'une plus grande, offrant beaucoup de plages mais apparemment beaucoup plus peuplée et plus touristique que l'autre. Nous optons donc pour la plus petite, l'île d'Utila.

Ce serait notre étape plage, baignades, cocotiers, snorkelling peinard dans notre périple "remontée de l'Amérique centrale". Une petite semaine tranquille, voilà comment on voyait ça.

Et c'est reparti !

Le lendemain donc, nous partons vers le petit port d'embarquement pour les îles. Nous sommes dimanche. La ville semble animée. Nous nous sommes habitués aux têtes africaines au cœur de cette Amérique latine. Les touristes sont suffisamment nombreux dans les rues pour nous changer du Nicaragua. C’est vrai qu’on avait entendu dire qu'il y avait des vols directs des usa vers la plus grande des îles... pour dire la popularité touristique du coin…